Contention veineuse en avion : pourquoi les femmes sont plus concernées ?

Contention veineuse en avion

Publié le : 14 février 20235 mins de lecture

Qui n’a jamais éprouvé une sensation de jambes lourdes ou constaté de légers gonflements pendant un voyage en avion ? Certains évoquent des troubles plus graves qu’une phlébite passagère comme le développement de trombones veineuses. Force est de constater que cette anomalie touche beaucoup plus de femmes que d’hommes. Nous nous intéressons alors, dans cet article, aux raisons et vous fournissons les soins adéquats pour y remédier.

Pourquoi les femmes sont-elles plus concernées par la contention veineuse en avion ?

Si les femmes sont plus affectées par le problème de contention veineuse notamment en avion, c’est en raison de facteurs à la fois physiologiques et comportementaux.

En effet, la masse corporelle féminine est moins développée que la masse masculine. Par conséquent, le corps de la femme dispose de moins de force pour conduire le sang vers le cœur. Pendant la période des régulières, la circulation sanguine est doublement touchée. Les dérèglements hormonaux rendent les veines plus fragiles, ce qui pourrait provoquer des caillots et des enflures.

Du point de vue comportemental, un position assise prolongée et le manque d’hydratation peuvent aggraver le problème de contention veineuse. Plus encore, lorsqu’elles sont enceintes, les femmes vivent une pression supplémentaire au niveau de leur utérus et peuvent ainsi développer des caillots. Pour limiter les risques, elles doivent acheter des bas de contention, se dégourdir les jambes de temps à autre et boire suffisamment d’eau.

A noter : La prise d’anticoagulants est vivement recommandée pour fluidifier la sang dans le veine et éviter ainsi les gonflements et les picotements sur la partie inférieure du corps.

Nous vous recommandons : Mauvaise circulation sanguine dans les jambes : ces solutions pour vous soulager au quotidien

Le phénomène de phlébite du voyageur

Pendant les dernières décennies, de nombreux cas de phlébite du voyageur ont été relevés, notamment après un voyage de long courrier. Les symptômes peuvent apparaitre deux heures voire huit semaines après l’atterrissage de l’avion. Les études ont montré qu’une position assise prolongée est la raison principale de cette anomalie qui touche plus de femmes que d’hommes.

Dès 1988, on parlait du « syndrome de la classe économique » : un phénomène constaté chez les voyageurs restés longtemps inactifs sur des sièges étriqués. Peu à peu, on commençait à prendre conscience de ce dysfonctionnement et à porter des bas de contention pour prévenir les risques de phlébite. Les troubles veineux chez les femmes sont alors liés à :

  • une immobilité pendant plusieurs heures successives qui laisse la pompe veineuse plantaire inactive ;
  • l’inconfort des sièges à bord de l’avion qui oblige à garder ses jambes recroquevillées et rend les mouvements corporels, notamment au niveau des jambes, nettement plus difficiles ;
  • l’engourdissement des membres inférieurs dû à la compression des veines et des altères, ce qui finit par bloquer la circulation du sang.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur masante-moncorps.fr

Le bas de compression : la meilleure des préventions !

Avez-vous déjà remarqué que tous les membres de l’équipage portent ces bas quelle que soit la longueur du trajet ? Cela ne fait que souligner l’efficacité de ces accessoires pour contrer les effets de la pression aérienne. Cependant, pour bien les choisir, vous devez tenir compte des heures de vol prévus.

Pour les courts courriers, tout comme les moyens courriers, les collants de maintien et les bas de compression de classe1 suffisent pour vous aider à prévenir les problèmes de contention veineuse. Notez qu’il ne s’agit pas de compression médicale même si ces accessoires font partie des éléments incontournables pour la santé des femmes en avion. En revanche, pour les vols de plus de quatre heures, il faudrait opter pour des collants de compression de classe 2.

Pour mieux comprendre le mécanisme des bas de compression, il convient de rappeler qu’ils sont fabriqués dans un tissu élastique, ce qui permet d’exercer une pression continue le long des jambes, au niveau du mollet et sur les pieds. Ces collants favorisent alors la montée du sang vers le cœur en passant par les veines. Le retour veineux s’élèverait dans ce cas à 80%.

Dans des circonstances plus habituelles, ce sont la pompe musculaire du mollet et la pompe plantaire qui conduisent le sang vers les organes vitaux, ce qui explique pourquoi les professionnels de la santé recommandent la marche à pied, surtout aux femmes souffrant de problèmes de circulation sanguine et de pression artérielle. L’inactivité de ces pompes pendant une position assise prolongée laisse le sang stagner dans les jambes. Les bas de compression se substituent au travail musculaire permettant ainsi de retrouver une fluidité nécessaire au niveau de la circulation sanguine quelle que soit la durée du trajet.


Pourquoi le matelas King Size est-il un choix judicieux pour le sommeil ?
Comprendre le déroulement et les avantages d’une téléconsultation médicale à Dunkerque

Plan du site