Le CBD peut-il soigner les addictions ?

CBD

Publié le : 26 juin 20235 mins de lecture

Si les propriétés thérapeutiques du CBD ne sont plus à prouver, les chercheurs se sont aussi aperçus que ce cannabidiol permet de combattre l’addiction à certaines substances. Selon des études récentes, il serait efficace pour se défaire de plusieurs types de dépendances comme celle au tabac, à l’alcool et aux opiacés.

Le CBD pour lutter contre l’accoutumance

Certains s’interrogent encore sur les risques d’accoutumance au CBD. Après de nombreuses recherches menées dans des laboratoires et des universités réputées, le verdict est tombé ! Le CBD n’est pas addictif. Il n’a pas d’effets psychotropes. Il n’a quasiment aucun effet secondaire. Ces propriétés creusent l’écart entre ce cannabidiol et le THC qui, pour sa part, déclenche l’expérience décrite. Au contraire, le CBD est particulièrement efficace pour lutter contre la dépendance en réduisant :

  • les symptômes de manque plus communément appelés « le craving ». Ces signes s’apparentent à un besoin irrésistible de consommer la substance en question. Ils apparaissent pendant la période de sevrage et peuvent se révéler très difficiles à vivre ;
  • l’anxiété qui peut atteindre de hauts niveaux pendant la phase de sevrage. Dans certains cas, elle se transformerait en crises de panique successives ;
  • les manifestations physiques du manque comme les dysfonctionnents digestifs, les tremblements, les nausées et l’insomnie.

Ainsi, le CBD permet de maîtriser les symptômes du manque surtout en période de sevrage. Suivez ce lien pour obtenir un suivi précis et expert du CBD actualité.

Nous vous recommandons : ◌️ Le CBD est-il légal en France ?

Le CBD pour réguler le taux de dopamine

Le CBD agit directement sur le système cérébral en l’amenant à libérer de la dopamine. Cette hormone provoque une grande sensation de bien-être. Cependant, même si l’organisme apprécie cet état de relaxation et de bonheur, il ne peut pas développer de dépendance. Voici donc une information CBD qui illustre bien le principe actif de cette molécule : le CBD stimule la production de dopamine dans le cerveau. L’hormone est ensuite synthétisée par les neurones en neutralisant ses effets négatifs, notamment ceux du récepteur GPR6. Ce phénomène qui consiste à inhiber l’activité hormonale est appelé « agonie inversée ».

Selon un blog cbd très réputé, les substances illicites boostent le taux de dopamine dans l’organisme, mais les processus biologiques varient d’une drogue à l’autre. Cela se traduit alors par différents degrés d’accoutumance. Si l’état de bien-être est rapidement atteint avec ces substances, la création naturelle de dopamine par les neurones est profondément affectée. Des conséquences graves sont palpables sur le long terme. Quant aux effets du CBD, ils n’indiquent aucun impact négatif sur la santé. Le cannabidiol ne perturbe pas la production de la dopamine entre les prises.

Le CBD pour stimuler la production naturelle de la sérotonine

Le CBD n’agit pas seulement sur les récepteurs de dopamine, il stimule également les récepteurs de la sérotonine. Cette hormone est synthétisée, comme sous l’effet des antidépresseurs. Cela explique l’efficacité du cannabidiol contre les signes de la dépression.

En comparant les antidépresseurs au CBD, les chercheurs ont découvert que ce dernier n’arrête pas le processus de pré-synaptiques : il ne bloque pas l’absorption des neurones qui émettent la sérotonine. La quantité des molécules dans les synapses et les chances d’atteindre un neurone augmentent de façon exponentielle.

Ici, la sérotonine est recapturée par les neurones de manière naturelle. Le cerveau n’est pas obligé de produire de nouveaux récepteurs pour compenser un manque. Ainsi, le taux de sérotonine entre deux prises ne risque pas de décroitre subitement. Ce schéma empêche l’altération du circuit de la récompense, ce qui évite au consommateur de CBD l’accoutumance liée aux drogues.

Le CBD pour lutter contre la dépendance à la nicotine

Souvent sous-estimé, le tabagisme est l’une des addictions les plus difficiles à combattre. Les consommateurs développent une dépendance aux substances constitutives de la cigarette. Mais la nicotine demeure le composant qui crée le plus d’accoutumance. Certains avouent même qu’entre l’alcool et le tabac, le deuxième est nettement plus compliqué à arrêter. Plus encore, des études ont montré que la nicotine serait plus addictive que l’héroïne et la cocaïne.

Si de nombreuses personnes ont réussi à arrêter de fumer grâce au CBD, c’est parce que cette molécule est capable d’inhiber les effets de la nicotine sur l’organisme. Des statistiques récentes sur la consommation de Cbd en France affichent près de 12 millions de fumeurs : un chiffre alarmant qui a poussé les vendeurs de cannabidiol à mettre en exergue l’efficacité de cette molécule dans la lutte contre le tabagisme.

Se garantir un bon sommeil : votre matelas a-t-il vraiment un impact ?
Comment les compléments alimentaires peuvent-ils soutenir la santé des femmes ?

Plan du site