Les différentes options pour lutter contre l’intolérance au lactose

traiter l’intolérance au lactose

Une intolérance au lactose est un problème au niveau de la digestion. Il n’y a pas assez de lactase dans le corps pour digérer le lactose. Ainsi, la victime ne supporte pas les produits laitiers comme les fromages et les yaourts qui comportent plus de lactose. Il y a plusieurs traitements médicaux qui permettent de les calmer. Mais les solutions naturelles et les régimes alimentaires équilibrés sont les plus efficaces et plus prisés.

Ce qu’on peut manger ou pas 

Plusieurs symptômes montrent l’intolérance au lactose. Certes, elle n’est pas dangereuse, mais les symptômes sont très désagréables. C’est à partir de cinq ans que les signes commencent à se manifester. Les plus courants sont les ballonnements au niveau du ventre, les crampes et douleurs fortes au niveau de l’abdomen, les nausées, les diarrhées ainsi que les émissions de gaz après chaque prise. Quelques fois, il y a aussi la constipation. Ces symptômes peuvent persister durant trois jours et c’est vraiment pénible.

Pour éviter cela, ne prenez pas les aliments qui les provoquent. Les aliments à proscrire sont surtout les laits de chèvre et de vache que ce soit en liquide ou en poudre, les beurres, les crèmes fraiches, les boissons lactées comme les milk, tous les types de fromage, les desserts à base de lait comme les viennoiseries et les pâtisseries.

Par ailleurs, vous pouvez manger sans problèmes les fromages à pâte mi-dure et dure comme les gruyères, les viandes et poissons non préparés, les œufs, les pains complets, les charcuteries, les légumes et les pâtes. Pour avoir plus d’information, visitez lactolerance.fr.

Le régime alimentaire adapté

Pour traiter l’intolérance au lactose, vous devez revoir vos régimes alimentaires et limiter la prise des aliments lactés. Ceci permettra de limiter l’action des enzymes lactase en vue de les améliorer. Ainsi, chacun a son seuil de tolérance qu’il doit respecter pour éviter les problèmes. Toutefois, le corps a besoin de aliments laitiers parce qu’ils sont très riches en calcium. Le régime consiste à limiter le taux de produit laitier que vous allez manger. Il ne s’agit pas de les bannir totalement, mais de calculer le taux maximal toléré.

D’après les médecins nutritionnistes, il y a trois phases bien distinctes qui permettent de classer le seuil de tolérance. Ce sont les meilleures solutions.

  • La phase d’éviction (environ deux semaines) : c’est la phase durant laquelle les douleurs sont encore persistantes. Ainsi, il faut éviter les produits laitiers et ceux qui contiennent du lactose caché comme les gratins.
  • La phase de test : elle correspond au stade durant laquelle on augmente petit à petit le niveau de lactose pour déterminer le niveau auquel apparaissent les symptômes.
  • La phase de transition : la victime ajoute progressivement les aliments tolérés dans ses alimentations quotidiennes.

Comment limiter les symptômes ?

Après avoir déterminé le seuil au-delà duquel les symptômes surgissent, vous pouvez adapter vos régimes alimentaires. Ainsi, préférez certains aliments laitiers parmi les autres pour diminuer les symptômes et les faire disparaître petit à petit.

Privilégiez les produits laitiers solides comme les yaourts parce qu’ils sont très lents à digérer, ce qui donne assez de temps pour la dégradation des lactoses. Ils contiennent aussi des probiotiques qui facilitent la digestion du lactose. Toutefois, le lait entier est moins dangereux que le lait écrémé. La quantité de lactose dans le fromage diminue avec le temps. Optez alors pour les fromages avec plus de maturation. 

Par ailleurs, répartissez bien la quantité maximale de produits laitiers que vous pouvez manger durant une journée pour éviter l’apparition inopinée des symptômes. Variez les aliments sur les trois repas. Accompagnez votre régime avec la prise de comprimés de lactase si nécessaire.

Enfin, il y a des laits hydrolysés disponibles sur les supermarchés. Leurs compositions ont été revues et ils ne contiennent plus de lactose. 

Trouver l’huile de CBD qui vous convient
Quel traitement naturel pour la rhinopharyngite ?